Le Breeding De Cannabis Simplifié

Le breeding de cannabis ce n’est pas aussi facile que de polliniser votre meilleure femelle Gelato avec du pollen de votre mâle White Widow préféré. Bien que vous trouveriez probablement de bons «phénos» parmi les progénitures, elles ne serait pas génétiquement stables. toutes les plantes seraient différentes les unes des autres. Par conséquent, vous ne pourriez pas appeler cela une variété. Alors, comment pouvez-vous créer votre propre souche stable?

Certaines variétés légendaires comme la Haze, la Skunk # 1 ou la Blueberry ont demandé de nombreuses années de travail acharné. Le breeding peut être très compliqué. Cependant, cet article a pour objectif d’en expliquer les bases et de rendre ces concepts aussi simples que possibles.

Lire la vidéo

Vocabulaire De Base Concernant Le Breeding De Cannabis:

Même si nous allons garder les choses simples, il y a quelques termes de base qu’il faut connaître. Cela permet de comprendre les concepts dont nous allons parler dans cet article.

Génotype :

Il s’agit de la composition génétique d’un organisme. il décrit l’ensemble des gènes d’un organisme. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez observer directement.

Phénotype :

Egalement appelé «Phéno». Un phénotype englobe toutes les caractéristiques physiques basées sur le génotype. C’est ce que les growers peuvent observer de leurs propres yeux. Par exemple: taille, couleur des tetes, forme des feuilles, etc. Notez que la même plante peut exprimer différents phénotypes basés sur l’environnement / conditions de croissance.

Allèles :

Les versions alternatives d’un gène donné sont appelées allèles. La plupart des plantes de cannabis ont 2 différentes versions de chaque gène.

Hétérozygote :

Avoir deux allèles différents d’un gène ou de gènes particuliers. Prenons pour exemple une plante qui a 1 allèle codant pour les feuilles larges et 1 codant pour les feuilles étroites. Elle peut soit produire des feuilles larges, des feuilles étroites ou soit quelque chose entre les deux.

Homozygote :

Avoir deux allèles identiques d’un gène ou de gènes particuliers. Par exemple, une plante qui a 2 allèles codant pour les fleurs violettes produira des fleurs violettes.

Pourquoi Créer Une Souche Stable ?

Si par exemple vous remportez la prestigieuse coupe de cannabis High Times avec une nouvelle «variété». Par la suite, de nombreux growers voudront fair pousser cette même souche exceptionnelle. Cependant, si cette souche n’a pas été correctement stabilisée, vos chances de trouver cette même plante incroyable à partir d’un paquet de 10 graines sont minces, voire nulles.

Pour obtenir une uniformité parmi les progénitures, il faut beaucoup plus qu’un simple croisement.La stabilité se réfère ici à la stabilité génétique ce qui signifie que les plantes sont homozygotes pour la plupart de leur gènes.

Il ne faut pas la confondre avec la stabilité sexuelle (avoir de purs mâles et pures femelles sans aucun hermaphrodite).Cela étant dit, la stabilité sexuelle est également un élément essentiel. Pendant le processus de sélection et de stabilisation, les plantes doivent passer des stress-tests afin de révéler leurs tendances hermaphrodites. Ensuite, tous les «Hermies» doivent être éliminés.

Comment Stabiliser Une Variété ?

Il existe plusieurs méthodes différentes auxquelles les breeders ont recours pour stabiliser leurs souches. Les plantes de cannabis sont par nature des diploïdes avec vingt chromosomes. Lorsque vous pollinisez une plante, chacun des parents apporte dix chromosomes à la nouvelle cellule qu’ils ont formé.

Selfing :

Selfing est une méthode qui consiste à polliniser une plante avec elle-même (généralement une plante femelle). Pour ce faire, le breeder doit inverser (faire produire à une femelle des fleurs mâles) une branche de cette femelle en pulvérisant de l’argent colloïdal ou du thiosulfate d’argent (STS). Ensuite, on peut collecter ce pollen femelle et l’utiliser pour polliniser les autres branches de la même plante.Le selfing d’une plante femelle ne produira que des graines femelles.Chaque génération de selfing entraîne une augmentation des caractéristiques de 50%. En d’autres termes, chaque fois que vous « selfez » une plante, la stabilité génétique (homozygotie) augmentera de 50%.Le Selfing d’une plante de cannabis est le moyen le plus rapide de stabiliser une variété. Par contre, c’est aussi le moyen le plus rapide de perdre de la vigueur.

Cannabis Breeding Made Simple

Backcrossing(BX) :

Le backcrossing consiste à croiser une plante avec l’un de ses parents (le parent récurrent). c’est-à-dire qu’une plante choisie parmi les progénitures devra être croisée chaque fois avec le même parent. En faisant cela, les breeders peuvent obtenir une progéniture avec une identité génétique similaire à celle du parent choisi (Parent récurrent). C’est ainsi que le breeder «Mr Soul» a créé la célèbre Cinderella 99 en utilisant une plante exceptionnelle de Jack Herrer en tant que parent récurrent. L’avantage du backcrossing est que, contrairement à la méthode du selfing, vous pouvez travailler à la fois avec des plantes mâles et femelles.

Line Breeding (Inbred lines) :

Les IBL sont des souches qui expriment un certain nombre de caractéristiques, de manière constante, au fil des générations. Une variété true breeding aura seulement un phénotype principal avec très peu de variations. Les plantes IBL ont également un génotype uniforme.Pour créer une variété true breeding, les breeders de cannabis disposent d’une liste spécifique de traits qu’ils recherchent. Ensuite, ils travaillent avec de larges populations de plantes afin de trouver des plantes qui expriment ces traits.Une fois que le breeder aura trouvé un mâle et une femelle (ou 2 femelles) répondant à ses critères, il fera des graines avec eux. Ensuite, le même processus recommence avec les progénitures.

Un Long Travail...

Il faut plusieurs générations pour créer une variété true breeding. Généralement au moins 5. Cependant, vous ne pouvez pas trop vous concentrer sur plusieurs traits en même temps. En effet, il est très improbable de trouver plusieurs spécimens exprimant le même groupe de traits. Plus un breeder travaille avec une population large, plus il peut se concentrer sur plusieurs traits à la fois. Bien que le breeding nécessite des compétences et des connaissances, c’est aussi le jeu du nombre ! Certaines landraces sont presque true breeding car elles ont été sélectionnées par les paysans pour certaines qualités spécifiques sur plusieurs générations. D’un autre côté, les polyhybrides nécessitent beaucoup plus de travail pour devenir génétiquement stables. Celles-ci sont pleines de diversité génétique et génétiquement instables. Par conséquent, il peut falloir plus de 10 générations pour qu’un polyhybride devienne un IBL. Vous pouvez créer une lignée très stable en créant de la consanguinité dans vos plantes, créant ainsi une inbred line (IBL). Pour créer une IBL, il faut tenir des registres et éliminer toutes les plantes qui ne correspondent pas à sa liste de critères.

IBL Régulières vs IBL Féminisées :

Le breeding de cannabis est souvent un processus lent. Néanmoins, le line breeding est beaucoup plus rapide et produit d’excellents résultats lorsque vous travaillez avec des plantes femelles uniquement. Le line breeding utilisant des plantes de cannabis mâles et femelles est plus délicat pour 2 raisons:

  • Il est souvent difficile de savoir quels attributs féminins un mâle peut transmettre. La meilleure façon de le savoir est de faire pousser la progéniture de chaque mâle, mais cela prend beaucoup de temps.
  • Les plantes mâles ne « Herm » (deviennent hermaphrodites) pas aussi facilement que les plantes femelles.

Pour cette raison, il est plus difficile de les « stress-tester ». Le line breeding pendant de nombreuses générations conduit à la création de nouvelles souches IBL.Vous pouvez également croiser 2 IBL distinctement différentes pour produire un nouveau phénotype uniforme, également appelé true F1 hybrid.

Les True F1 Hybrids :

De nombreux breeders, et cultivateurs experts, considèrent le True F1 comme le Saint Graal du breeding. Les true F1 sont recherchés car ils sont à la fois uniformes et très vigoureux. Les true F1 sont le résultat d’un croisement entre 2 lignées stables (IBL) génétiquement très différentes l’une de l’autre. En dépit du fait que les deux parents sont très différents, la progéniture aura l’air très stable. Parce que chaque parent est hautement homozygote, il transmet toujours la même version d’un gène donné, à sa progéniture.C’est pourquoi toutes les plantes true F1 ayant les mêmes parents auront presque la même combinaison de gènes. Cela explique pourquoi les true F1 sont très uniformes même s’ils sont hétérozygotes. En outre, les true F1 sont plus vigoureux que leurs deux parents, en raison du principe de l’hétérosis (vigueur hybride). Avoir 2 allèles différents pour chaque gène est la cause de cette incroyable vigueur hybride.

Hybrides F1 :

Tout comme les true F1, les F1 sont les descendants de deux plantes génétiquement différentes. Cependant, contrairement aux true F1, les parents d’un F1 ne doivent pas nécessairement être génétiquement stables (IBL) pour faire un F1. Contrairement aux true F1 créés avec 2 lignes très stables, les F1 sont souvent très instables. Parce que leurs parents ne sont pas homozygotes mais hétérozygotes. Par conséquent, il y aura beaucoup de différentes combinaisons de gènes parmi les progénitures. Bien que les F1 soient généralement vigoureux, il n’y aura pas qu’un seul phéno principal mais beaucoup. Quand on parle de pollen chucking, on parle de la création de Hybrides F1. Ce sont vos « one-off crosses » typiques.

Hybrides F2 :

Les F2 sont le résultat de la combinaison de deux F1. Ce sont les plus instables de tous les hybrides.
Néanmoins, cette incroyable diversité génétique peut être très intéressante pour les chasseurs phéno et les breeders à la recherche d’un spécimen remarquable.

Dépression De Consanguinité :

Lors de la création d’une souche true-breeding, la vigueur de la plante diminue parfois au point que les breeders soient obligés, soit de « backcross », soit de remonter d’une ou plusieurs générations pour retrouver une certaine vigueur. C’est parce que lorsque les plantes deviennent trop fortement consanguines, elles deviennent génétiquement faibles et poussent beaucoup plus lentement. De même, les plantes génétiquement faibles peuvent développer des mutations indésirables.
« selfer » une plante de cannabis est le moyen le plus rapide de stabiliser une variété, mais c’est aussi le moyen qui mene a une dépression de consanguinité le plus rapidement.

Les Breeders Amateurs Peuvent-Ils Obtenir D'excellents Résultats ?

S’il est vrai que les breeders de cannabis professionnels sont plus susceptibles de créer de bonnes variétés stables, les breeders amateurs peuvent aussi créer de nouvelles variétés exceptionnelles.
Comme mentionné précédemment, le breeding de cannabis ne nécessite pas seulement des compétences et des connaissances, mais c’est aussi un jeu de nombres. Pour cette raison, les breeders amateurs ne devraient se concentrer que sur une seule ligne en meme temps, optimiser leur espace de culture et utilisez de petits pots pour maximiser le nombre de plantes. Avec une bonne expérience, beaucoup de discipline et beaucoup de patience, les breeders amateurs peuvent également obtenir des résultats exceptionnels.

Le Mot De La Fin

Le monde du breeding de cannabis est plein de surprise, et quiconque possède une stratégie de sélection solide a le potentiel pour créer la prochaine Skunk # 1 …
Si créer une nouvelle souche vous semble intimidant, n’ayez pas peur, avancez étape par étape et soyez patients.
Bonne chance dans vos futurs projets de breeding !!

Partager sur facebook
Partager sur reddit
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

18 réflexions sur “Le Breeding De Cannabis Simplifié”

  1. Salut ! Et merci pour cet article, il comble les petites lacunes que j’avais sur le sujet, il est clair, merci encore ! Sinon, j’ai une question, parfois les breeders s’approprient une variété très connue et en change le nom, exemple :
    Sur seedfinder.eu et leurs arbres généalogiques très bien fait d’ailleurs on peut passer d’une Moby Dick à une Moby Big de la Bulk Seed Bank.

    Donc ma question est, quel est le processus qu’ils ont suivies pour pouvoir nommer leur graine, leur weeds ! Je pensais à un IBL..? Sur combien de générations ..?

    1. Salut Julien,

      Je te remercie pour la qualité de ta question.

      Je ne sais pas si la Moby Dick est une True F1, Une F1 ou une IBL. Si c’est une true F1 ou F1 alors peut etre a-t’elle été reproduite une fois sans travail serieux (F2), ou bien stabilisée au fils de plusieurs générations (IBL) ou bien peut etre que la banque en question a juste achettée les graines originales Moby Dick au gros et les revend tout simplement avec un autre embalage/packaging. Dans tous les cas, si c’est un nom déposé, l’autre banque ne peut pas utiliser le meme nom.

      Si Moby Dick est une IBL (Je ne pense pas), il est facile de reproduire les graines sans entrainer une perte de qualité car les graines sont « True breeding ».

      Un IBL peut s’obtenir en seulement 4 a 6 générations si l’on part d’une landrace ou Heirloom deja relativement stable. En partant d’un hybride F1 ou true F1, c’est plus long a stabiliser et l’on en a pour 6 a 10 générations et attention a ne pas perdre trop de vigueur.

      Passes une bonne journée,

      Al

  2. Salut l’équipe KhalifaGenetics je suis cultivateur amateurs et je me demande combien de chambres il me faudrait pour faire un hybride F1 de façon optimale moi je pensais en faire 2 pour les pieds mère une pour l’originale et une IBL pareil pour les mâles. 2 floraison; 1 IBL, 1 Diversifier pour la conservation des génétiques pure + 1 de reproduction.
    1 pour l’hybridation et 2 pour la progéniture F1 mâles et femelles et 1 de stabilisation spécial F1.
    Voilà c’est un projet sur le long terme et de sauvegarde de Landrace

    1. Bonsoir HD et merci pour votre interet et vos questions!

      Pour créer un F1 de qualité (True F1) il faut stabiliser 2 lignées différentes sur plusieurs générations jusqu’a ce que chacune des 2 devienne un IBL.
      On peut creer une true F1 avec une seule chambre de culture et un éspace bouture/pied mere mais cela prends 2 fois plus de temps. Ou bien devellopper les 2 IBLs en meme temps avec 2 chambres de culture plus un éspace pied mere/bouture.

      Pour préserver le richesse génétique des souches pure, il ne s’agit pas de faire du « Line breeding » mais au contraire de faire des pollinisations ouvertes avec plusieurs males et plusieurs femelles.

      Bonne chance dans vos projets de breeding et de préservation!! 🙂

      Al

  3. Salut l’équipe KhalifaGenetics dite moi j’aurais aimé savoir comment faire pour garder en intérieur des plantes mâles et femelles de Ruderalis Sibérienne pour effectuer des créations autofloraison XXL
    Ou si il faut faire une pollenisation/sélection de plantes intéressantes pour avoir des graines fiable et moins de diversité.?

    1. Bonsoir Eddy,

      On ne peut pas garder des autos en perpetuelle croissance. Il faut donc faire des pollenisations et garder les graines venant des « Meilleurs » plantes.

      Bonne Soirée,

  4. Salut à tous, super article propre et concis, excellente « vulgarisation ».je suis entièrement OKAY pour les landraces, une pollinisations croisé est la meilleur solution pour la sauvegarde des landraces avec une interventions humaines minimes, d’où le nom landrace. Mais une petite aide de la main humaine en enlevant les hermas males et femelles seraient un atout non négligeable à la maintenance de la diploïdie et la diversités génétiques stables. Sauf bien évidemment si le cursus voulus est tous autres. Ils m’ai arriver de garder des femelles hermas « léger » car elle possédait des terps et des cannabinoïdes exceptionnelles, malheureusement pour les landraces ont n’a pas trop le choix parfois;

    1. Salut Razzia et merci pour ton commentaire tres pertinent.

      Exactement, si l’on stabilise un phénotype de landrace, on perd alors beaucoup de diversité génétique. C’est pourquoi, il est primordial de faire des pollinisations ouvertes avec les cultivars ancestraux.
      La encore je suis tout a fait d’accord, si l’on peut enlever les individus hermas en meme temps que l’on fait ces pollinisations ouvertes controllées, on se retrouve avec des landraces de plus en plus stables sexuellement mais toujours pleines de diversité génétique.
      Et C’est comme cela que l’on préserve nos landraces 😉

      Merci pour les encouragements et passes une super journée!
      L’Equipe Khalifa,

  5. Salut l’équipe KhalifaGenetics
    (pour travailler sur 2 souches a la fois)
    Ok donc 2 chambres pour les IBL 2 chambres pour la pollinisation ouverte contrôlé (diversité génétique) 1 chambres pied-mère 1 pour mâles 2 chambres de croissance/floraison.
    Petite question sur la puissance lumineuse sur les boutures et pieds mère ? Pour la floraison j’utilise des cmh 630w voilà voilà…
    A bientôt et continuer comme ça 😊

    1. Bonjour HD.

      La MH est bien pour la floraison car elle aide a atténuer le stretch des Sativas.
      En effet, lorsqu’on stabilise plusieurs lignées c’est mieux d’avoir plusieurs espaces de cultures séparés.

      Pour les pied meres et bouture, les besoins lumineux sont réduits. Une petite barre néon ou LED suffit. (50 a 100w).

      A bientot et merci pour tes encouragement!!

  6. Salut c’est encore HashDrugs donc 8 espaces de cultures 4 par variété (1 IBL 1 Pollinisation ouverte contrôler 1 pieds-mère et 1 pour les mâles) et plus 1 ou 2 pour le F1 ?

    1. Salut HD.

      Oui.
      Pour chaque lignée (Line-breeding) il faut au minimum un éspace séléction et un éspace bouturage.
      Pour les pollinisations Ouvertes controlées il faut un éspace plant males et un éspace plantes femelles.

      Bonne apres-midi,
      Al

  7. Salut l’équipe khalifa genetics
    Comme je vous les déjà dit je compte créé un IBL F1 entre deux landrace mais j’aimerais bien lui donner le gène autofloraison et travailler seulement en extérieur avec les auto pour stabiliser la résistance contre les nuisibles tel que l’humidité le froid et les attaque d’insectes et autres pour des cultures plus discrète en guérilla car cultiver des grosses plantes commence à être compliqué mais je voudrais savoir si la Rudelaris Sibérienne peut affecter la teneur en THC vue le taux bas qu’elle contient ?
    Merci pour la qualité de vos articles

    1. Bon matin H-Revolt,

      Si l’on croise 2 IBLs ensemble, cela donne naissance a une « True F1 ». Ou bien si l’on stabilize un nouvel hybride sur plusieurs générations, cela donne naissance a une nouvelle IBL.

      Biensur la Ruderalis Siberienne peut affecter le THC mais il est possible de faire des backcross avec l’autre parent plusieurs fois afin de renforcer le taux de THC tout en conservant le gene autoflo.

      Passes une tres bonne journée,

      L’équipe Khalifa

  8. Bonjour et merci
    Ok mais si je fait un backcross avec l’un des parents il faudra que je re sélectionnes les plantes autofloraison ?

    1. Bonjour,

      Oui éxactement, le gene auto étant récéssif, il faut donc reséléctioner les plantes qui éxhibent cette caracteristique (A partir de la F2) apres chaque backcross).

      Bonne soirée

  9. Salut l’équipe khalifa, j’ai un ami qui a fait des graines de votre Aladdin’s Skunk et ont va faire une pollinisation avec un mâle de Persian Prince pour notre projet de breeding ont vous tiens au courant des avancées

    1. Bonsoir Vodka,

      En effet cela pourrait injecter pas mal de vigueur dans la progéniture.
      Avec grand plaisir!

      A bientot,

      L’équipe Khalifa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.